17 septembre Fête des Stigmates de Saint François

17 septembre Fête des Stigmates de Saint François

image Considération

La mort du Séraphique Patriarche n’arrêta pas l’action bienfaisante de ses Stigmates. Un rayonnement de grâces continue à se projeter de ces plaies, sur les dévote serviteurs de François, qui l’invoquent avec confiance. Ce sentiment de filiale confiance naît, tout naturellement, du pouvoir que Dieu a donné au ciel à son fidèle serviteur. Ce crédit, le Christ lui-même l’assura comme un héritage au Patriarche des Pauvres, le jour de la stigmatisation ; et c’est là un secret que François ne révéla qu’après sa mort. Un saint Frère, lisant dans la vie de St François le chapitre des Stigmates, se demanda quelles pouvaient bien être les paroles et les choses secrètes dites par le Séraphin, dans sa glorieuse apparition. Il se disait donc à lui-même : « Ces paroles, Saint François ne voulait les redire à personne pendant sa vie, mais maintenant, après sa mort, peut-être les dirait-il, s’il en était dévotement prié ». Dès lors il pria Dieu et Saint François de lui faire cette révélation, pour la consolation de ses enfants. Le Frère persévéra huit ans dans sa prière. Un jour, qu’il priait plus dévotement qu’à l’ordinaire, il fut appelé par un Frère qui lui demanda de sortir en ville avec lui. Comme il sortait avec le mérite de l’obéissance, il rencontra à la porte deux Frères Mineurs, paraissant venir d’un long voyage. Avec la permission du Supérieur, il s’offrit aussitôt pour laver les pieds des voyageurs. Pendant qu’à genoux, le saint Frère lavait les pieds du plus âgé, sous la boue qui les couvrait, il vit les Sacrés Stigmates, il s’écria dans sa joie : « Ou vous êtes le Christ, ou vous êtes Saint François ! ». Alors le Séraphique Patriarche lui révéla ce qu’il désirait savoir depuis si longtemps : « Sache, mon très cher Frère, qu’étant sur la montagne de l’Alverne, tout absorbé dans le souvenir de la Passion du Christ, je fus, par le Christ Lui-même, ainsi stigmatisé sur mon corps, dans cette apparition séraphique. Et alors le Christ me dit : « Sais-tu ce que Je viens de te faire ? Je t’ai donné les marques de Ma Passion, pour que tu sois Mon gonfalouier. Au jour de Ma mort Je suis descendu dans les limbes, et toutes les âmes que J’y ai trouvées, Je les ai, en vertu de Mes stigmates, retirées et conduites en Paradis ; de même Je t’accorde dès maintenant pour que tu sois semblable à Moi dans la mort, comme tu l’as été dans la vie, que tous les ans, après que tu auras passé de cette vie, tu ailles en Purgatoire le jour de ta mort. Là, toutes les âmes que tu trouveras de ceux qui auront fait partie de tes trois Ordres, Frères Mineurs, Sœurs et Pénitents, et en outre, les âmes de tous ceux qui auront eu de la dévotion pour toi, tu pourras les tirer du Purgatoire en vertu des Stigmates que je t’ai donnés et les conduire au Paradis ». Ces paroles je ne les ai jamais répétées tant que j’ai vécu dans le monde ». Huit Frères entouraient alors le religieux qui lavait les pieds à son Séraphique Père, ils entendirent la révélation et en rendirent témoignage.

Élévation

O mon Père,qu’elle est grande votre puissance au Ciel ! Je vous vois sur le trône de gloire que dut un jour déserter Lucifer l’orgueilleux, ce trône fut réservé à votre humilité. Je vois la ravissante clarté qui vous environne ; dans cette éblouissante lumière brillent surtout vos Stigmates sacrés, joyaux dont le Christ orna votre chair virginale, que de fois, prosterné devant le trône de la Divine Majesté, n’avez-vous pas arrêté la colère divine justement irritée contre les hommes. Pour les pécheurs vous demandez le pardon, pour les religieux tièdes vous demandez la ferveur, pour les fervents vous demandez un redoublement de générosité, vous offrant à être leur guide dans les voies de l’Amour Divin. Le Cœur de Jésus lui-même vous donne à ses élus comme le plus parfait modèle de l’amour qui lui est dû. Et n’ai-je pas moi-même éprouvé bien souvent les effets de votre puissante intercession ? Ô mon Séraphique Père, Christ de l’Ombrie, Stigmatisé de l’Alverne, je viens encore à vous, implorant votre assistance, vous recommandant mes pressantes nécessités. Je suis votre enfant. Présentez-vous de nouveau devant le Trône de la grâce et par les mérites de vos Stigmates, demandez pour moi le pardon, la ferveur et l’amour. A mon heure dernière, venez éclairer les ténèbres de la mort du rayonnement de vos bienheureuses plaies et introduisez-moi près de vous dans la Céleste Patrie.

Pratique : Soyons fidèles dans les plus petites choses afin d’éviter le Purgatoire et de ne point contrister le Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Prière

Antienne : La splendeur des cieux s’est illuminée, un nouvel astre a brillé, Saint François a paru, lui à qui un Séraphin s’est montré, le marquant de divines blessures aux mains et aux pieds et au côté, pendant qu’il veut porter l’image de la Croix dans son cœur, sur ses lèvres et dans ses œuvres.

V. Seigneur, vous avez marqué votre serviteur François, R. Du sceau de notre Rédemption

Oraison (De la Fête)

O Seigneur Jésus-Christ, qui, lorsque le monde sa refroidissait, avez renouvelé les Stigmates de votre Passion dans la chair de notre très bienheureux Père Saint François afin d’embraser nos cœurs du feu de votre amour, daignez nous accorder en vertu de ses mérites et de ses prières, de porter la croix avec persévérance et de produire de dignes fruits de pénitence. Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Fr Maxime DJOSSA OFMCap.